Escalade au Glandasse

Voici un petit article qui revient sur le parcours de deux belles voies situées sur la montagne du Glandasse qui domine la petite ville de Die.
Nous y avons grimpé sur la partie droite du Pestel, bien loin des deux superbes classiques Leprince-Ringuet qui ont fait la réputation de cette falaise, l’accès se fait soit par le comptoir à mouton, soit par le nouveau chemin de P.Mussatto qui bifurque à droite, trois cent mètres après l’entrée dans la forêt qui fait suite au col de Ménil, traces de peinture rouge.
A noter que ce dernier, de loin le plus direct pour aller au pestel, est taillé au couteau droit dans la pente pour déboucher à la base de ce dernier.

grande voie escalade glandasse
L’arche Romane:  topo détaillé

Située dans la partie droite de la montagne de Glandasse, cette voie en fissure-cheminée est très jolie mais malheureusement très courte pour le lieu, il peut être donc intéressant de la combiner avec un itinéraire classique plus à gauche.
Contrairement aux allusions incompréhensibles du topo Duhaut, l’escalade est agréable et commode malgré quelques arbustes, le rocher est très sain, les mouvements en fissure sont intéressants. On y trouve bon nombre de pitons neufs et inutiles et même quelques spits ce qui nous a bien étonné vu l’éloignement du lieu.
D’un point de vue longueur des difficultés la voie est comparable au dièdre des rappels au Verdon, en terme d’horaire il faut donc compter entre 2 et 5 h grand maximum; relais en place, la cotation D+ du vieux Coupé n ‘est pas si illogique après coup.
A noter qu il fait très chaud au soleil dans ce coin là et que la descente en rappel est vivement conseillée pour conserver un ratio marche /escalade décent, nous avons marché cinq heures pour deux heures d’escalade comme des touristes avec le topo Duhaut en carton, corde à simple oblige …. la voie fait 150 mètres et les rappels sont équipés et évidents. A noter la présence d’une voie moderne située cinq mètres à gauche sur le pilier, toute équipée rapprochée en plaquettes de 10 dorées.

grande voie escalade glandasse
grande voie escalade glandasse
Voie du Bouclier:  topo détaillé

On voulait s’attaquer à cette ligne osée ouverte en 1967 par l’équipe affûtée de la face Nord du Granier menée par Y.Seigneur et qui en avait dans le coude …
Ici ce n’est pas de fissure qu’il s’agit mais d’une succession de trous évasés en rocher très compact, il faudra pousser et pitonner dru pendant des heures en essayant de courir après l’horaire canon des ouvreurs en manquant de cales de bois et de bongs … nos pitons courts et techniques ne nous ont pas trop servis, il fallait surtout du long et du large à bourrer en force dans des trous.
Le bas suit une grande diagonale qui raye la paroi de droite à gauche le tout pour une escalade artificielle entièrement surplombante!
Toute la première partie est assez technique et très soutenue avec des relais inconfortables, nous sommes sur les traces de deux ou trois répétitions grand maximum.
Après quelques incompréhensions du topo, nous fixerons du coup 4 longueurs (en pensant en faire 3) en 10 heures pour finir la voie en souffrant d’un sac de hissage lesté de pitons alors que nous avions déjà fait le (très) gros du boulot sans le savoir … pour environ 17 heures d’escalade au total.
La ligne est assez incroyable vue d’en bas et le coin est sauvage et désertique, la deuxième partie est en libre avec un passage en dalle tout mignon et exposé. Le rocher est tout du long excellent, très travaillé dans l’artif où on trouve bon nombre de petites lunules à équiper.
Prévoir donc du bois ou des bongs, du piton et du camalot en masse, de la stat (100m) pour une répétition!
A noter qu’il existe une petite source à l’extrème sud de la falaise, on longeant le pied de la paroi compter un quart d’heure.


grande voie escalade glandasse
grande voie escalade glandasse
grande voie escalade glandasse
grande voie escalade glandasse
grande voie escalade glandasse
 
grande voie escalade glandasse
grande voie escalade glandasse

 

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.