Moniteurs d'escalade actifs et expérimentés
Retour à Bartagne – Sainte Baume

Retour à Bartagne – Sainte Baume

Un petit article pour communiquer quelques topos d’escalade à Bartagne sur des itinéraires que nous avons répéter dernièrement, c’est très appréciable à cette saison avec le redoux de ces derniers jours.
Nous y avons parcourue deux belles voies qui se situent dans la partie centrale de la face: le super Z et la romaine.

topo d'escalade à bartagne
Le Super Z:

Encore un beau motif de la face, plus directe et plus esthétique que Le Z classique (à lire ici): la longueur clé est superbe dans du bon rocher.
Après avoir rejoint la grande vire supérieure, nous avons ouvert (?) le beau dièdre large qu’on rencontre immédiatement ce qui permet de prolonger un peu.
A noter la présence de 3 spits de 12 inox répartis sur deux relais, la mode est donc d’aller répéter des voies peu équipées avec un perfo dans le sac « au cas où »: bouclier par les dalles, dièdre houlon-nanchy, …

Un petit mot par longueur:     topo détaillé

L1 / L2: démarrer par Le Z jusqu’au relais de jonction avec La Plaque.
L3: grimper sur le flanc droit du promontoire dans du rocher fracturé jusqu’à une terrasse confortable.
L4: poursuivre par la belle fissure jusqu’à buter sous le toit, le contourner par la droite puis toujours en ascendance à gauche (on a laissé un bon piton salvateur dans la section finale). Belle longueur soutenue.
L5: fait suite deux dièdres successifs pour rejoindre les gradins de la vire supérieure.
L6: remonter le superbe dièdre athlétique en excellent rocher jusqu’au sommet.

♦ La Romaine:

Petit retour sur la voie de la romaine que nous avions parcouru au printemps dernier: sur le papier ça ne paie pas de mine, A2 max tout du long, les cotations nous ont paru bien sèches avec certains passages vraiment pas faciles et très peu marqués.
La voie dans le haut avait été laissé en partie équipée, ce qui peut expliquer que les cotations ait été tirées vers le bas, sauf qu’aujourd’hui la grande majorité des pitons sont pourris et inutilisables rendant donc certaines portions délicates, on en a cassé une bonne partie.
La voie offre une belle envolée et un beau développé d’escalade, cherche les lignes de faiblesse et résout le problème de cette partie compacte de la face avec grande classe grâce à deux pendules techniques pour rejoindre les deux dièdres superposés à droite.

Un petit mot par longueur:    topo détaillé

L1: attaquer à l’extrème gauche de la vire commune aux voies de la plaque et dupar une diagonale évidente. Belle escalade technique sur la fin. Relais sur un spit et un piton laissé.
L2: poursuivre en artif toujours à gauche sur une courte longueur, relais pendu à construire.
L3: encore une longueur d’artif en zig-zag, le rocher se bouche par endroit.
L4: traverser à gauche puis redescendre légèrement pour gagner un relais équipé.
L5: belle longueur pour atteindre une bonne lunule qu’on a laissé puis un pendule qu’on a renforcé (difficile de croire que quelqu’un est passé depuis 30 ans) et on a laissé une lame indispensable dans un feuillet décollé pour traverser à droite (prévoir peut être un plomb si le feuillet venait à partir).
L6: superbe longueur dans le dièdre bouché caractéristique, puis un pendule bien technique (à équiper) de nouveau à droite pour rejoindre une zone moins raide.
L7: remonter le dièdre large jusqu’au gradins supérieurs qui marquent la fin des difficultés.

Fermer le menu