Moniteurs d'escalade actifs et expérimentés

 ♦ Un chausson d’escalade est composé principalement de 3 pièces:
– la chaussette: c’est la partie en cuir ou en synthétique qui va définir le modèle du chausson.
– l’enrobage: c’est l’ensemble de la gomme qui vient entourer et rigidifier la chaussette sur les côtés, l’avant et l’arrière.
Cette gomme, d’une épaisseur pouvant aller de 1,5 à 2mm suivant les modèles, permet de structurer et de rigidifier la chaussette et ainsi d’assurer une forme définitive au chausson.
– la semelle: c’est la plaque de gomme qui se trouve sous le chausson: elle peut varier de 3 à 4mm en fonction des modèles. C’est la dernière pièce qui est au assemblée au chausson.

Le grimpeur a souvent du mal a déterminer le moment précis où la réparation devrait intervenir: une fois la gomme de la semelle usée, il continue à grimper sur la gomme d’enrobage jusqu’à faire apparaître la chaussette et risquer de la trouer.

♦ Le changement de la semelle:
La réparation consiste à changer la partie avant de la semelle, on parle ainsi de ressemelage.
L’extrémité du chausson avec laquelle nous grimpons s’appelle la pointe. Lorsque la gomme présente sur celle-ci est suffisamment usée et qu’il n’y en a presque plus, le ressemelage doit intervenir. Le grimpeur ne doit pas grimper sur la gomme d’enrobage afin de ne pas l’user.

♦ Le changement de l’enrobage:
La réparation consiste à changer une partie de la gomme d’enrobage qui se trouve au niveau de la pointe. En effet, l’usure répétée des frottements ajoutée souvent à un manque de technique font que cette partie, déjà fragile à la base, peut s’user prématurément.
Plusieurs cas sont possibles:
– celui-ci vient à trouer, on aperçoit alors la chaussette.
– il peut se décoller de la chaussette et donc « buller » sous la pression: il doit donc être refait pour conserver une cohérence sur la pointe.
– quelques fois, il paraît correct mais il doit être refait car jugé trop « faible » par le ressemeleur. Il est donc refait en prévention car sinon l’enrobage pourrait céder quelques temps après le ressemelage, et le grimpeur se retrouverait avec une semelle neuve mais un chaussons troué sur la pointe.

♦ Quelques conseils:

Les chaussons avec lesquels nous grimpons aujourd’hui sont pour la plupart fragiles et pas forcément conçus pour durer dans le temps.
Au plus le grimpeur attend pour faire réparer ses chaussons et au plus le risque des les abîmer ou de les déformer augmente: un chausson bien entretenu conservera toutes ses aptitudes d’origine.
Ainsi, avec un travail de qualité, une paire pourra parfois être ressemelée 2 ou 3 fois.

La colle que nous utilisons pour travailler se réactive avec la chaleur: ainsi, lors d’une exposition trop longue la semelle peut montrer des signes de décollement. Les cas les plus courants sont: le coffre de voiture l’été, le balcon, le lavage à la machine. Ainsi, il est conseillé de laver vos chaussons à la main et à froid et de les faire sécher lentement à l’abri de la chaleur pour ne pas altérer la chaussette et la colle.

Fermer le menu