Moniteurs d'escalade actifs et expérimentés
Les mystères du bastion de l’Escalès

Les mystères du bastion de l’Escalès

Grand bastion de l’escalès:
cet article décrit deux itinéraires bordant le Pilier Gousseault sur sa droite, une session de grimpe grimpe où d’un projet initial sont nées deux escalades, les voies Batso et La Mousson.
L’objectif initial était donc de parcourir cette dernière voie mythique, la première ascension de cette face, ouverte par les forts grimpeurs marseillais Bouscasse et Tanner en 1972, une ascension difficile durant laquelle le rocher resta sec même en plein déluge.

♦ Difficile de trouver des infos sur cette voie très peu reprise aux cotations « passe partout » (5 sup /A2) et c’est donc avec plusieurs topos (5!) que nous démarrons avertis. Le bas déroule bien puis nous poursuivons au-dessus du jardin pour attraper cette fameuse traversée ascendante à gauche, présente sur tous les topos. La longueur est salée (traces de but), longue et en rocher très moyen mais on traverse finalement.
Comme sur les topos, une rampe ascendante à gauche, ça colle, puis tout droit avec un petit crochet à droite à la fin comme précisé et nous nous retrouvons dans la très caractéristique fissure grise qui raye la face dans la partie médiane.
L’escalade ne correspond pas vraiment à « raide avec des bonnes prises » comme le disait l’ouvreur, mais plutôt à du mixte sérieux dans du mur compact. Aucun semblant de trace de piton, mais on tombent sur trois gollots qui marquent deux relais: on ne comprend toujours pas où nous sommes. A la sortie de la partie médiane, on essaie de coller au topo en tentant de traverser par une longueur en diagonale à gauche qui devrait nous permettre de rattraper la ligne de fissure terminale.
Deux grosses chutes dans cette traversée commencent à entamer notre moral, on ne comprend pas, il n’y a plus de ligne et c’est très dur, il faut bien se rendre à l’évidence: il y a une coquille. On décide de sortir donc très logiquement et facilement en connectant avec la fin de Thalamus plus à droite. Nous comprenons après coup: nous avons donc fait un bout de la voie Helvétique Batso dans laquelle tous les schémas depuis 35 ans font passer la voie de La Mousson.

fissure d'escalade du verdon

A noter que pour agrémenter ces erreurs et ces mystères nous avons de gros doutes sur la voie des frères Remy en se demandant si les premiers cinquante mètres au dessus du jardin ont réellement été grimpés car il y a beaucoup d’incohérences avec leur propre topo édité en 86 sensé être juste au moins pour leur ouverture, et aucune traces ensuite dans leur voie hormis trois golots à des relais qui font incroyablement bien sur pitons et exentriques, tandis que dans les endroits chauds et exposés il n’ y a rien …
En tout cas, ce fut une belle aventure avec au milieu pas mal d’ambiance et des difficultés bien réelles: on était bien content d’atteindre le sommet car bien déshydratés suite à la perte de notre bidon d’eau la veille au soir.

Combinaison Batso:      topo détaillé

fissure d'escalade du verdon
♦ Il faut donc revenir et s’y résoudre : La Mousson était là tout près, à quelques mètres en fait du Gousseault, dans le toboggan évident et fissuré droit sur 200m, la ligne est logique et les prises sont au rendez-vous, les six premières longueurs étant toutes cotées V/V+/A2,  la grimpe se déroule dans une succession de bombés et de conques entrecoupés de passages de libre.
Deux longueurs exceptionnelles en libre bien raide mènent aux fissures sommitales en rocher excellent, avec un passage en VI à l’ouverture où M.Tanner n’avait pas mis grand chose …

fissure d'escalade du verdon

C’est vraiment une voie d’ampleur pour qui aiment ce style « mixte », dans le bas il est compliqué de faire du libre mais plus on monte et plus l’escalade apparaît: un passage sur colonnettes qui se protège super bien, un dièdre suspendu très raide plutôt exposé et une fissure verdonesque font que la ligne est pure.
La voie est majeure et permet de s’approcher de l’énorme  » bombu dirigeable », le tout dans cette ambiance propre au bastion. Nous avons mis à peu près 13 heures d’escalade à partir du jardin pour sortir au sommet, il y a une douzaine de pitons en place et même un spit inutile à un relais mais le tout plutôt mal répartis donc la voie est très peu équipée.
En partant de tout en bas, il faut compter deux jours de grimpe, mais on le conseille pas forcément car malgré une superbe approche en traversée, la deuxième longueur pleine plaque ( qui a dû être au passage une bonne bagarre à l’ouverture…) a été malencontreusement rééquipée par un « hors la loi » en manque d’imagination une fois de plus, car la place ne manquait pas.

Voici le topo et quelques photos:

La Mousson:   topo détaillé


fissure d'escalade du verdonfissure d'escalade du verdon
fissure d'escalade du verdon
fissure d'escalade du verdon
fissure d'escalade du verdon
fissure d'escalade du verdon
fissure d'escalade du verdon
fissure d'escalade du verdon
fissure d'escalade du verdon
fissure d'escalade du verdon
fissure d'escalade du verdon

Fermer le menu