Moniteurs d'escalade actifs et expérimentés
grande voie en rive gauche du verdon – Le bon, la brute et le truand

grande voie en rive gauche du verdon – Le bon, la brute et le truand

Beaucoup de chaleur et d’orages ces temps ci, du coup cap sur le Verdon en rive gauche au secteur des Cavalliers histoire de grimper à l’ombre et de découvrir une belle voie de mixte signée Berhault, Dufranc et Thomas ouverte à la fin des années 70. Cela fait pas mal de temps qu’elle était dans les cartons, la ligne bien visible de la maline attire l’oeil.
On avait parcouru il y a 3 ans un itinéraire en rive gauche signé des mêmes ouvreurs, et on s’était régalés (à lire ici).

grande voie en rive gauche du verdon

Nous partons dans l’optique de grimper un jour et demi et de démarrer en milieu d’après midi. Dans le vieux topo la voie a été ouverte en 20h et conseillée en 9h, ça sent la blague … il faut déjà commencer par trouver le départ dans un dièdre très raide encombré de toiles d’araignées, il faut avoir l’esprit ouvert et repousser les limites de la vision du V/V+ sauce Bérhault.
La première longueur est déjà magnifique, sauvage et vierge de tout équipement et nous dépose sur la grande terrasse confortable.

grande voie en rive gauche du verdon
La deuxième longueur est majeure avec son lot de grimpe engagée en fissure dans un dièdre rouge et une leçon d’escalade sur les 15 derniers mètres cotés V! Nous trouvons les premières traces à R2 qui est une jonction avec la voie de gauche ouverte en 97 (qui sera commune sur les 3 longueurs suivantes d’ailleurs).
On continue par une alternance de sections d’artif assez technique et de libre dans une très belle ambiance qui nous mène à la  première traversée à gauche, bizarrement assez équipée d’ailleurs.

grande voie en rive gauche du verdon

La traversée démarre par un petit pendule puis déroule jusqu’à la longueur clé bien visible depuis la route des crêtes. Après quelques pitonnages la fissure se prête bien à l’usage des coinceurs et des friends, puis se bouche petit à petit jusqu’à ressembler à une goutière et nous dépose dans la baume sommitale.

grande voie en rive gauche du verdon
Nous sortons de la baume par une dernière traversée très esthétique sur le fil du pilier avec trois bons pitons providentiels ce qui permet d’en terminer avec une grande longueur dans une cheminée large typique du Verdon. C’est au final une voie logique et majeure qui malgré sa faible ampleur constitue un petit challenge très complet avec quelques passages d’anthologie, prévoir une bonne journée d’escalade.

grande voie en rive gauche du verdon
L’itinéraire est superbe, le rocher atypique permet quelques fois de mettre des protections « écoles » notamment des cablés et friends, c’est génial à grimper.

Voici quelques photos et le topo détaillé: « Le bon, la brute, le truand »

Fermer le menu